Liens intéressants

Micro-laparoscopie sous anesthésie locale

Grâce aux prodigieux progrès de la technologie, il est maintenant possible de réaliser des micro-laparoscopes d'un diamètre de moins de deux millimètres, qui possèdent les mêmes qualités optiques et diagnostiques que les laparoscopes traditionnels de plus que cinq millimètres. Cette percée technologique permet donc d'effectuer des micro-laparoscopies, sous anesthésie locale, plutôt que sous anesthésie générale, comme on devait le faire auparavant. 

Micro-laparoscopie sous anesthésie locale

L'anesthésie locale a deux avantages. Le premier est de réduire les complications et les effets secondaires de l'anesthésie générale et, le deuxième, de pouvoir localiser exactement et consciemment la douleur dont l'origine demeure obscure. Ceci permet donc un nouveau mode de diagnostic qui résout un des problèmes les plus frustrants, en gynécologie, celui de la douleur abdominale d'origine inexpliquée. 

Les principales applications de la micro-laparoscopie sous anesthésie locale incluent la laparoscopie diagnostique, l'évaluation de l'infertilité et le diagnostic des douleurs pelviennes. 

Une patiente sur dix, est référée en gynécologie, pour des douleurs pelviennes chroniques qui durent depuis au moins six mois. La laparoscopie traditionnelle permet de mettre en évidence une maladie gynécologique traitable dans 85% des cas. La plupart des découvertes, souvent fortuites, incluent l'endométriose, les adhérences et des évidences de maladies du petit bassin chroniques ou aiguës ainsi que des masses au niveau des trompes ou des ovaires. 

Il est également possible de réaliser, par micro-laparoscopie sous anesthésie locale, des chirurgies simples, comme la ligature tubaire, de procéder à des biopsies ou des sections d'adhérences minimes, ceci en introduisant des micro-instruments de deux millimètres à travers des petits tubes qui sont introduits au niveau de l'abdomen . 

L'avantage de cette technique est de réduire d'environ 80% les coûts d'une laparoscopie sous anesthésie générale et devient plus économique que d'avoir à réaliser une série d'examens diagnostiques tels une échographie, un scan et une résonance magnétique. 

Il s'agit donc d'une technique très prometteuse et qui est susceptible de révolutionner la façon de diagnostiquer les douleurs au bas ventre. 

Retour au début

 

Informations supplémentaires (photos) à l'intention des patientes

Informations supplémentaires à l'intention des médecins

 

Gilles Desaulniers, m.d., gynécologie, Centre hospitalier Fleury. Mise à jour Juillet 2004.

Le Collège des Médecins du Québec ne permet pas d'émettre des opinions médicales ou diagnostiques sur des cas particuliers, non précédées d'un examen complet, ni d'une consultation, le cas échéant, des dossiers médicaux antérieurs.  Nous ne pouvons donc  répondre à aucune consultation sur l'Internet ou par courrier électronique.

Retour au début