Technique de ligature tubaire ESSURE

Technique de ligature tubaire ESSURE

Une nouvelle alternative de stérilisation par hystéroscopie...

 

Définition

Qu'est-ce que la nouvelle technique de stérilisation hystéroscopique ESSURE ?

Depuis de nombreuses années, la stérilisation définitive par ligature tubaire s'effectue à l'aide d'une ou plusieurs petites incisions par voie abdominale, par voie vaginale ou par laparoscopie

La technique la plus utilisée, actuellement, consiste à effectuer une laparoscopie sous anesthésie générale, durant laquelle le chirurgien procède à une obstruction des trompes à l'aide de petites agrafes, nommées des clips de Filshie ou à une brûlure des trompes par électrocoagulation bipolaire. Les principales complications de ces techniques sont reliées à l'anesthésie générale, aux brûlures et à la présence de cicatrices. Les douleurs reliées à l'intervention et la convalescence peuvent durer plusieurs jours. Il n'y a eu que peu de changements durant les 25 dernières années, à l'exception du développement de micro-laparoscopes de 2 ou 3 mms, qui ont permis d'effectuer cette intervention sous anesthésie locale, accompagnée d'un peu de sédation. Les cicatrices se retrouvent réduites, les complications moins nombreuses et la convalescence raccourcie à un ou deux jours

La venue d'une nouvelle voie d'approche par hystéroscopie ne nécessitant que peu d'anesthésie et aucune incision abdominale est tout à fait révolutionnaire.

La technique de ligature Essure utilise comme méthode d'approche, l'hystéroscopie. Cette technique, consiste à introduire une lunette munie d'une caméra dans l'utérus par voie vaginale, à travers le col. Il s'agit de la même technique qui est destinée au diagnostic et au traitement des saignements menstruels excessifs.

L'anesthésie locale consiste à administrer un agent anesthésiant dans la région du col. L'administration simultanée d'un analgésique par voie intraveineuse aide la patiente à se détendre davantage et à prévenir les douleurs.

La nouvelle technique hystéroscopique Essure consiste à introduire un micro implant par hystéroscopie dans chacune des trompes. Le chirurgien canule les trompes quipeuvent être visualisées directement. L'opérateur installe l'implant, qui consiste en un petit ressort mesurant de 0,8 à 2 mm, en moyenne, lorsqu'il se déploie. Cet implant composé d'un alliage de nickel et de titane, se détend dans la trompe et se moule à sa forme.

Ces implants s'utilisent en chirurgie vasculaire et pour d'autres interventions chirurgicales. Une fois installé dans la trompe, l'implant va entraîner une croissance tissulaire au niveau de la trompe durant les prochains trois mois, permettre de s'y fixer d'une façon permanente, et de créer une obstruction complète de l'orifice des trompes. Des examens radiologiques de l'utérus et des trompes, réalisées trois mois après l'intervention, permettent de s'assurer que les trompes sont complètement obstruées et que la patiente peut donc cesser toute autre méthode contraceptive qu'elle utilisait.

Avantages

Quels sont les avantages de la technique ESSURE ?

L'avantage principal de cette technique hystéroscopique réside dans le fait que la patiente demeure totalement consciente et éveillée, ne subit pas pas d'anesthésie générale, qu'elle peut suivre l'intervention sur un moniteur et peut rentrer à la maison, après une heure ou deux. L'autre avantage provient de l'absence d'incision abdominale, ce qui se solde par des douleurs moindres et une convalescence de quelques heures. La patiente peut reprendre ses activités normales,dès le lendemain matin.

Retour au début

 

Pré-requis

Quels sont les pré-requis du traitement ?

La technique Essure devrait être exclusivement réservée aux patientes qui désirent une stérilisation définitive et permanente. Il est bien important de comprendre que ce type de ligature tubaire est irréversible et qu'il n'est plus question, par la suite, d'avoir d'autres enfants. La patiente ne doit pas avoir subi de chirurgie tubaire niavoir d'antécédents de grossesse ectopique ou d'infection pelvienne.

Il ne faut pas souffrir d'allergie à l'iode et consentir à se soumettre à une hystérosalpingographie (radiographie de l'utérus et des trompes), trois mois après l'intervention.

Il devient impératif de prendre des mesures contraceptives efficaces jusqu'à trois mois après l'intervention, en attendant les résultats définitifs de l'hystérosalpingographie qui devraient confirmer que les deux trompes sont bloquées.

Il peut être impossible de placer les implants (10%). Il faudra alors accepter de subir une ligature tubaire, d'une façon conventionnelle, par laparoscopie.

Retour au début

 

Mécanisme d'action

La technique hystéroscopique Essure consiste à introduire un micro implant par hystéroscopie dans chacune des trompes. Le chirurgien canule les trompes qui peuvent être visualisées directement. L'opérateur installe l'implant, qui consiste en un petit ressort mesurant de 0,8 à 2 mm, en moyenne, lorsqu'il se déploie. Cet implant composé d'un alliage de nickel et de titane, se détend dans la trompe et se moule à sa forme.

Retour au début

 

Durant l'intervention

Que se passe-t-il durant l'intervention ?

Environ une heure avant le traitement, vous recevrez un médicament, dans le but de diminuer les crampes utérines, ainsi qu'un léger calmant pour vous aider à vous détendre. Vous resterez éveillée et consciente durant toute la procédure. Vous ne devriez éprouvé que peu ou pas de douleur. Votre médecin utilise une anesthésie locale pour geler votre col et votre utérus.

Retour au début

 

Après le traitement

Que se passe-t-il après le traitement ?

Vous pourriez ressentir des crampes légères comme celles de vos menstruations, et au besoin, votre médecin vous prescrira un médicament contre les douleurs pour que vous vous sentiez plus confortable. Après une période de surveillance d'environ 1 à 2 heures, vous pourrez retourner à la maison avec accompagnement, et vous reposer pour le reste de la journée.

La plupart des femmes peuvent retourner au travail et aux activités de tous les jours en dedans de 24-48 heures. Les relations sexuelles peuvent être reprises habituellement de 7 à 10 jours, après le traitement.

Retour au début

 

Risques de l'intervention

Quels sont les risques de l'intervention ?

Les complications suivantes ont été rapportées lors de stérilisation par la technique hystéroscopique ESSURE:

Les risques associés à cette intervention sont minimes et habituellement sans conséquences. Lorsque réalisée par des chirurgiens expérimentées en hystéroscopie, cette technique comporte des risques de beaucoup inférieurs aux risques des interventions effectuées à l'aide de techniques laparoscopiques ou abdominales conventionnelles.

Retour au début

 

Résultats des études cliniques

Quels sont les résultats des études cliniques ?

Les études cliniques effectuées aux États-Unis, au Canada et en Australie ont été menées chez plus de 1000 patientes. Chez 85 % des patientes, l'installation des implants s'est réalisé convenablement. La chirurgie a duré, en moyenne, de 13 à 18 minutes. Chez 95 % des patientes, après un an, le degré de satisfaction a été jugé excellent. Par contre, chez 12 % des patientes, l'installation a été impossible, pour toutes sortes de raisons. Chez environ 3 % des patientes, on n'a pu installer qu'un seul implant, l'installation du deuxième ayant été impossible, et, chez environ 7 ou 8 %, on n'en a installé aucun, en raison de difficultés techniques.

Les principales causes de l'impossibilité d'installer les implants étaient reliées à des obstructions des trompes, des orifices tubaires invisibles ou cicatriciels et des adhérences intra-utérines. Ce fut le cas d'environ 80 % des patientes. Chez 20 % des patientes, on n'a pu installer d'implants, en raison de spasmes au niveau des trompes ou de difficultés à bien visualiser les trompes.

Lors de ces études cliniques, chez plus de 98 % des patientes, anesthésie locale s'accompagnant de sédation intraveineuse s'est réalisée convenablement. Seulement 1 % des patientes ayant participé à l'étude ont subi dû subir une anesthésie générale, alors que moins de 1 % ont reçu une anesthésie épidurale.

Les résultats cliniques obtenus à l'aide de la technique Essure, constatés par l'hystérosalpingographie effectuée trois mois après l’intervention, montrent un excellent taux de réussite. Au bout de trois mois, chez la plupart des patientes, les trompes étaient complètement obstruées.

Le taux de complications est minime, et moins de 1 % des patientes, ont subi une perforation lors de l'hystéroscopie; l'expulsion de l'implant n'a été constatée que chez 2,9 %.

Les études évaluant l'efficacité de la technique Essure ont fait état de plus de 5200 mois d'utilisation, avec un suivi de plus d'un an de ces patientes, sans qu'aucune grossesse n'ait été signalée. Aucune grossesse ectopique n'a été observée. Les études ont également évalué la satisfaction des participantes et ont constaté que, après 18 mois, 92 % des patientes étaient totalement satisfaites de leur intervention.

Retour au début

 

Gilles Desaulniers, m.d., gynécologie, Centre hospitalier Fleury. Mise à jour Juillet 2011.

Le Collège des Médecins du Québec ne permet pas d'émettre des opinions médicales ou diagnostiques sur des cas particuliers, non précédées d'un examen complet, ni d'une consultation, le cas échéant, des dossiers médicaux antérieurs.  Nous ne pouvons donc  répondre à aucune consultation sur l'Internet ou par courrier électronique.

Adresse

ÉDIFICE MÉDICAL FLEURY

2320 rue Fleury Est - Rez-de-chaussée
Montréal (Québec)  H2B 1K9 Canada

Courriel : secretairegyneco@gmail.com

T : (514) 336-0883
F : (514) 336-2586

Pour voir le site de la Clinique et le chemin à suivre, cliquer sur le lien suivant:

http://maps.google.ca/maps?hl=fr&q=2320+est+rue+fleury+montreal+h2b1k9&ie=UTF8&gl=ca&ei=Sz30SoiPHMbR8Abaw-XzCQ&ved=0CAgQ8gEwAA&hq=&hnear=2320+Rue+Fleury+Est,+Montr%C3%A9al,+Communaut%C3%A9-Urbaine-de-Montr%C3%A9al,+Qu%C3%A9bec&ll=45.578859,-73.648975&spn=0,359.980795&z=16&layer=c&cbll=45.573746,-73.649019&panoid=YuoEZptuK4OzJSwwTQpVOg&cbp=12,52.62,,0,5

Retour au début

Retour à la page sur l'Hystérectomie par laparoscopie

Retour à la page sur l'investigation de l'infertilité