Ablation de l'endomètre

Ablation de l'endomètre

 

Introduction

Chaque année environ 65 000 canadiennes subissent une hystérectomie. Cette opération signifie que le chirurgien procède à l'ablation de l'utérus. Dans la plupart des cas, cette opération est pratiquée pour des saignements importants ou prolongés.

L'ablation de l'endomètre offre une alternative à l'hystérectomie, chez les patientes qui souffrent de saignements prolongés ou très importants. Il s'agit du traitement chirurgical de choix lorsque le traitement médical a échoué ou est contre-indiqué. Cette intervention signifie que le chirurgien procède à l'ablation de la couche interne de l'utérus, l'endomètre, qui est la source des menstruations et du saignement excessif.

Selon une étude récente (Vilos G.A., J.A.A.G.L. 4(1):33-37), la plupart des femmes qui subissent une ablation de l'endomètre, vont voir leur problème de menstruations s'améliorer dans plus de 90%. Après cette intervention, la plupart des femmes satisfaites rapportent des menstruations moins abondantes (30%) ou normales (5%). D'autres femmes ont vu leurs menstruations complètement disparaître (60%), après l'ablation de l'endomètre, sans pour autant éprouver des symptômes de ménopause. Très peu (5%) n'ont rapporté aucun changement dans leurs règles.

Retour au début

 

Évaluation préalable

Lors de votre entrevue, votre médecin va remplir un questionnaire et procéder à un examen physique qui permettra de vérifier si l'ablation de l'endomètre peut être appropriée pour votre condition.

D'autres évaluations vont également vous être prescrites, qui peuvent comprendre des tests sanguins et urinaires, une biopsie de l'endomètre, une hystéroscopie et une échographie pelvienne ou vaginale. A l'exception de l'échographie et des prises de sang, ces examens sont effectués habituellement au cabinet du médecin. Ils sont rapides et sans douleur, puisqu'ils sont effectués sous anesthésie locale, après une préparation minutieuse.

Retour au début

 

Pré-médication

Votre médecin vous recommandera une médication injectable pour diminuer l'épaisseur de l'endomètre (couche interne de l'utérus qui produit les menstruations). Le prix de ces injections, bien que très élevé ($400 à $475 Can./ l'injection), est généralement remboursé par vos assurances. Elles sont également fournies sans frais aux Bénéficiaires de l'Aide Sociale. Elles vont causer un amincissement de l'endomètre qui sera ensuite enlevé, par votre médecin, lors de votre intervention, soit par l'électrochirurgie ou par le L.A.S.E.R.

Le jour de l'intervention, votre médecin pourra également introduire, au niveau du col utérin, une tige laminaire, qui permet de dilater progressivement votre col, avant l'intervention chirurgicale afin d'éviter de le blesser.

Retour au début

 

À quoi vous attendre ?

L'ablation de l'endomètre est une intervention chirurgicale de court-séjour. Ceci signifie que vous entrez à l'Hôpital, subissez la chirurgie et retournez à la maison, la même journée.

Cette intervention, en tout et partout, dure environ 20 à 40 minutes. Par la suite, vous serez reconduite à la salle de réveil où une infirmière prendra vos signes vitaux, surveillera les intra-veineuses et fera quelques prises de sang. Par la suite, vous pourrez retourner à la maison, lorsque les analyses de votre sodium sanguin auront été vérifiées et après avoir complètement récupéré de l'anesthésie.

L'ablation de l'endomètre est effectuée durant une intervention que l'on appelle, une hystéroscopie opératoire. L'hystéroscopie consiste à introduire un petit tube à travers le vagin et le col de l'utérus, de la grosseur et de la longueur d'un crayon. Une caméra est fixée à ce tube (l'hystéroscope), ce qui permet de visualiser l'intérieur de la cavité utérine sur un moniteur vidéo, durant toute la chirurgie. Votre utérus est distendu par un liquide inoffensif, qui permet de réaliser la procédure de la façon la plus fiable possible. La couche interne de l'utérus, l'endomètre, est alors brûlée ou vaporisée en utilisant un générateur de chaleur qui est incorporé au niveau du tube de l'hystéroscope.

En même temps, votre médecin peut décider de procéder à une laparoscopie pour éliminer d'autres conditions ou procéder à un traitement complémentaire, par exemple, une ligature tubaire.

Retour au début

 

Après la chirurgie

Votre médecin peut vous conseiller :

En plus, vous pouvez éprouver :

Autres :

L'anesthésie peut causer de légères nausées ainsi que des vomissements.

Rarement, des problèmes plus sérieux tels qu'un arrêt cardiaque ou un arrêt pulmonaire peuvent être causés par l'anesthésie générale.

Très rarement, l'hystéroscope peut perforer l'utérus et blesser l'intestin. Votre médecin peut devoir cesser l'intervention et la remettre jusqu'au moment où la perforation guérisse d'elle-même. L'intestin peut également être endommagé par la chaleur.

Un autre risque potentiel est la surcharge de liquide. Si votre corps absorbe trop de liquide utilisé pour distendre l'utérus durant l'intervention, il peut se produire un débalancement des liquides sanguins qui nécessite un traitement particulier. Il peut être quelquefois, nécessaire de demeurer à l'hôpital, jusqu'au lendemain matin.

Une infection peut également se développer et il est généralement nécessaire de prévenir cette éventualité en prescrivant des antibiotiques pour une durée de 7 jours.

Chacune de ces complications, à l'exception de la surcharge de liquide peut nécessiter une chirurgie supplémentaire.

Retour au début

 

Puis-je devenir enceinte?

Probablement pas. La plupart des femmes ne peuvent et ne doivent pas avoir d'enfants après cette intervention mais puisqu'il existe une légère possibilité de grossesse, il est parfois nécessaire d'utiliser d'autres méthodes anti-conceptionnelles ou d'avoir recours à la ligature tubaire.

L'ablation de l'endomètre est une intervention sûre et efficace, comme alternative à l'hystérectomie. Vous pourriez également vous documenter sur d'autres alternatives à l'hystérectomie abdominale, soit l'hystérectomie vaginale assistée par laparoscopie.

Si vous vous posez d'autres questions, n'hésitez pas à en parler à votre médecin, à son infirmière ou à la secrétaire.

Retour au début

 

Lexique

Ablation de l'endomètre:

Excision de la couche interne de l'utérus qui cause les menstruations. L'ablation de cette couche diminue le flot menstruel et peut également l'arrêter complètement.

Endomètre:

Couche interne de l'utérus qui répond au changement hormonal périodique et cause les menstruations.

Electrochirurgie:

Produite par un courant électrique, elle brûle, enlève ou vaporise le tissu.

Hystérectomie:

Exérèse complète de l'utérus. Il s'en suit un arrêt complet des menstruations sans changements hormonaux, à moins que les ovaires ne soient également enlevés.

Hystéroscopie:

Intervention qui permet de voir à l'intérieur de l'utérus en utilisant un tube qui est inséré au niveau du vagin et du col de l'utérus.

Tige laminaire:

Une tige laminaire est une petite tige de la dimension d'une allumette qui est faite de bambou séché. Lorsqu'elle est placée à l'intérieur du col utérin, elle produit une dilatation progressive du col, en minimisant les risques de déchirure du col. Au contact des sécrétions du col utérin, la tige laminaire prend la dimension du petit doigt.

Hystérectomie vaginale assistée par laparoscopie (HVAL):

Il s'agit d'une méthode de procéder à une hystérectomie qui évite une incision abdominale. L'intervention est d'abord débutée par laparoscopie. La partie supérieure de l'utérus est sectionnée jusqu'à sa partie moyenne, grâce au .laparoscope Après quoi, le reste de l'intervention et la sortie de l'utérus s'effectuent par voie vaginale. A noter, que cette intervention n'est pas une alternative à l'hystérectomie vaginale, mais bien, à l'hystérectomie abdominale. Durant cette intervention, le chirurgien insère un tube à travers la peau et l'ombilic, pour voir à l'intérieur de la cavité de l'abdomen. D'autres tubes peuvent être insérés à travers la peau pour introduire des instruments et des ciseaux. De cette façon, un nombre important d'interventions chirurgicales gynécologiques peut être effectué sans avoir recours à une incision sur l'abdomen.

Echographie:

Examen par lequel le radiologiste peut voir des échos de l'intérieur de l'abdomen qui se reproduisent sur un écran vidéo. Ceci ressemble à un sonar ou un radar. Ces images permettent de déterminer la présence d'une texture anormale au niveau de l'utérus, tels que des fibromes utérins ou, au niveau des ovaires, les kystes ovariens.

Biopsie de l'endomètre:

Echantillonnage d'une petite pièce de tissu qui est retirée de la couche interne de l'utérus, l'endomètre, Cette pièce de tissu est analysée au laboratoire de pathologie, surtout pour démontrer l'épaississement ou l'amincissement excessif de l'endomètre. Cet examen permet quelquefois, de poser un diagnostic de cancer du corps utérin.

Retour au début

 

Gilles Desaulniers, m.d., gynécologie, Centre hospitalier Fleury. Mise à jour Juillet 2009.

Le Collège des Médecins du Québec ne permet pas d'émettre des opinions médicales ou diagnostiques sur des cas particuliers, non précédées d'un examen complet, ni d'une consultation, le cas échéant, des dossiers médicaux antérieurs.  Nous ne pouvons donc  répondre à aucune consultation sur l'Internet ou par courrier électronique.

Retour au début

Retour à la page Saignement menstruel excessif